Les traitements d'hiver, conseils par Grandiflora, jardinerie en ligne

Accueil > Les traitements d'hiver

Les traitements d'hiver

Pendant la période plus calme au jardin qu'est l'hiver, il faut penser à réaliser les traitements préventifs sur les arbres fruitiers et les arbustes des massifs. Profitez donc des belles journées ensoleillées pour effectuer ces traitements.

Quelques précautions sont à prendre en compte : ne pas traiter en période de gel, les produits ne sont pas efficaces, ni par temps pluvieux et humide car le traitement ne se fixe pas sur le bois des plantes. Ne pas oublier de porter des vêtements de protection et des gants ainsi qu'un masque pour éviter de respirer les produits.

A base de cuivre, le traitement à la bouillie bordelaise est utilisé depuis des décennies. Il permet de lutter contre les maladies cryptogamiques (champignons) autrement dit sur :


-        La tavelure qui touche les pommiers, les poiriers

-        Le chancre bactérien sur le cerisier

-        L’anthracnose du noyer

-        La cloque du pêcher

Il faut être vigilant sur l’utilisation de ce produit. Il est efficace contre les champignons aériens qui nuisent à nos plantes mais il est aussi redoutable contre les champignons terrestres, très utiles dans la structure et l’équilibre du sol.
Vous devez être très attentifs aux doses préconisées et prudents lorsque vous approchez de la base des plantes. Il existe aussi des produits à base d’oxyde cuivreux présentant une meilleure persistance au lessivage et une efficacité prolongée.

  •          Le traitement à base d’huile (huile blanche) :

Ce traitement permet de lutter contre les nuisibles du jardin. Il est efficace contre les cochenilles, les pucerons suceurs et les différents parasites abrités dans les écorces et les cavités des troncs. Idéalement, le traitement est appliqué en deux temps, l’un début décembre voire début janvier et le deuxième en février. Il faut également faire attention aux dosages et à l’application. Nous luttons contre les nuisibles sur les plantes mais nous avons besoin de la microfaune du sol.